mercredi 6 octobre 2010

Peintres Militaires

Meissonier (Jean-Louis Ernest)
Né à Lyon en 1815 et mort à Paris en 1891, artiste-peintre et sculpteur français, spécialisé dans le peinture historique militaire. Peintre très soucieux du détail authentique, il s'inscrit dans le mouvement de réalisme historique qui apparaît dans les arts sous le Second Empire.

C'est en peignant des scènes militaires que l'artiste obtient les honneurs officiels (officier de la Légion d'honneur à 41 ans, commandeur à 52 ans). Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1861.
Messonier applique systématiquement la même méticulosité d'historien dans tout le travail préparatoire de ses œuvres, ce qui fait de lui une référence en matière d'uniformologie.
En 1886, ce peintre prolifique avait à son actif quelque 400 tableaux.

Meissonier servit dans la campagne d'Italie de Napoléon III et pendant la guerre de 1870 où il était colonel au siège de Paris.
Peintre admiré, adulé, dont les toiles valaient si cher qu'il n'entra en force au Louvre qu'en 1909, grâce à un legs, Jean-Louis Meissonier est tombé presque aussitôt dans un discrédit total (du à sa guerre contre le mouvement impressionniste et à un engagement politique un peu réac) dont il ne s'est dégagé que grâce à l'intervention inattendue de Salvador Dalí qui lui vouait une grande admiration.


Detaille (Jean-Baptiste Edouard)
Né à Paris en 1848 et mort à Paris en 1912, peintre académique français.
Issu d'une famille proche des milieux militaires, Édouard Detaille fut formé dans l'atelier de Meissonier qui lui fournit le sujet de la première toile qu'il exposa en 1867.
Il participa à la guerre de 1870 contre les prussiens, expérience qui devait le marquer profondément et inspirer certaines de ses meilleures toiles.

Désormais célèbre, il voyagea en Europe entre 1879 et 1884, visitant également la Tunisie avec les troupes expéditionnaires françaises. Mais il approfondit surtout sa connaissance de l'armée française et exécuta les 390 dessins et aquarelles de Types et uniformes de l'Armée française de Jules Richard.
Dans les années 1890, Detaille peignit de plus en plus de toiles inspirées de l'épopée napoléonienne, en particulier des scènes de bataille et des charges de cavalerie. Il utilisait des uniformes et des accessoires d'époque pour parfaire l'exactitude de ses tableaux.

Il fut élu membre de l'Académie des beaux-Arts en 1892, président de la Société des artistes français en 1895 et contribua à la création du Musée de l'armée à Paris.


Pierre Benigni
Né en 1878, célèbre peintre militaire du XXe siècle, spécialisé sur les armées napoléoniennes et élève du maître Édouard Detaille.

Il devient le peintre militaire attitré de la Légion étrngère et immortalise les régiments à pied, les compagnies montées ou les régiments de cavaliers.

5 commentaires:

M. D. Jackson a dit…

Amazing!

Li-An a dit…

Des gens hyper doués au service d'un grand vide pictural (et d'une idéologie douteuse).

quicky a dit…

Effectivement leur idéologie était très nationaliste ce qui était quasiment la norme à ce siècle post gloire napoléonienne et en attente de récupérer l'Alsace et la Lorraine.
Toute l'Europe baignait dans ce climat qui finit par aboutir à la 1° guerre mondiale.
En conclusion tout ce salamalec pour dire qu'il faut faire attention de ne pas toujours juger l'histoire avec notre vision actuelle (loin d'être parfaite par aileurs) même si je suis d'accord avec toi sur le fond Li-An.

René Claude a dit…

Tout-à-fait. Les donneurs de leçons (politiques, éthiques, etc.) actuels ont de plus en plus tendance à effectuer des descentes de police dans le champ historique en confondant à dessein histoire et mémoire, le savoir et l'affect.
A part ça, cette belle série donne envie de revoir Les Duellistes de Ridley Scott.

Denham a dit…

I wish there was some information on Alphonse de Neuville. Better yet, I would love to see a massive book dedicated to 3 of the great French painters, Meissonier, Detaille, and De Neuville. These are all wonderful works of art.